Ah ah, bonne question! Est-ce que je vais brûler plus de calories si je réfléchis intensément une heure durant sur un problème de maths au lieu de surfer sur Internet? Est-ce que la réflexion peut-elle devenir un sport à part entière?

La réponse est claire: non! Du moins dans une moindre mesure. Hé! Mais pourquoi?

math3

Déjà, il faut savoir que rien qu'au repos, notre cerveau est un organe très gourmand en glucose: ainsi, bien qu'il ne représente que 2% du poids du corps, il consomme pas moins de 20% de l'énergie nécessaire à notre métabolisme de base, c'est-à-dire l'énergie nécessaire au corps pour vivre une journée sans activité physique. Quel glouton!

Mais n'oublions pas que le cerveau est le grand coordinateur de la machine humaine! Et de prime, un fin gourmet: il n'absorbe qu'un seul type de sucre, le glucose, qui est ainsi le seul à passer la barrière de protection du cerveau, la barrière hémato-encéphalique. Et le nombre total de neurones abrités par le cerveau s'élève à environ 100 milliards! Il faut donc nourrir toutes ces petites cellules nerveuses continuellement, car le stock de glucose du cerveau ne dépasse pas les dix minutes.

De plus, les scientifiques ont montré que, en pleine composition ou au contraire en plein visionnage d'un film, l'activité cérébrale restait pratiquement identique... Un peu décevant. En effet, même si nous planchons sur un devoir de maths depuis une heure, les neurones sollicités ne correspondent pas à la totalité des neurones du cerveau, et leur consommation n'augmente pas significativement, bien qu'une légère hausse soit notable. En gros, l'effort intellectuel n'exige pas des masses d'énergie en plus... Et c'est bien dommage!

Mais d'où vient alors ce sentiment de fatigue mentale lorsque nous rendons notre travail, totalement lessivé? Il pourrait simplement s'agir d'une sorte d' "abrutissement" qui apparaitrait lorsque nous restons concentré trop longtemps sur quelque chose... Selon moi, en tout cas. D'autres élèvent une cause psychologique: le simple fait de croire que l'on a fournit beaucoup d'énergie nous plongerait dans une sorte de fatigue un peu inventée.

Bref, ne comptez pas sur votre cerveau pour brûler les calories en trop. Par contre, vos muscles ne demandent que ça!