Ah, les poux, éternels ennemis de la petite enfance... J'en garde un souvenir effroyable, avec les soirées passées à s'arracher les cheveux avec le peigne super-méga-fin, et la honte internationale qui s'abattait sur les gens qui en avaient... Aujourd'hui, j'ai décidé de dévoiler la véritable identité de ce bourreau des cuirs chevelus. 

poux nymphes

La photo ci dessus montre les différents stades d'évolution du poux... On pars de la redoutée lente, qui mue en nymphe, laquelle subit trois évolutions avant de devenir adulte... 

Les poux vivent environ 3 à 4 semaines. Ce n'est pas beaucoup, me direz-vous. Mais si je vous dit qu'un poux femelle adulte pond de 100 à 300 oeufs dans toute sa vie, vous changerez surement d'opinion. Malheureusement pour nous, les poux ont le sens de la famille... 

Le poux adulte mesure 3 à 4 mm de long. Il ne sait que ramper (et non sauter ou pire, voler!), bien qu'il soit très rapide. C'est une bestiole hématophage, c'est-à-dire qu'il se nourrit de sang (comme les Vampires, entres autres). Le pou a un cycle de vie qui se décompose en trois parties:

  • Les lentes sont les oeufs pondus par les femelles. Elles éclosent au bout d'une semaine environ et sont de couleur blanchâtre, et collées à la base du cheveu par une substance collante (glue spéciale appelée chitine). Très attachant... Lorsque le bébé pou sort de sa coquille, cette dernière reste accrochée au cheveu... Le cheveu poussant -certes- lentement, la durée de l'infestation peut donc être évaluée par la distance des lentes au cuir chevelu.
  • Les nymphes sont des sortes de petits poux (1 mm de long), qui sortent des lentes, et encore trop immatures pour procréer. Elles ont trois stades de maturation qui leur permettent de grandir (voir les trois spécimens de la photo en partant de la gauche). L'ensemble de ces stades se déroulent sur environ 10 jours après éclosion. Les nymphes sont très mobiles, car elles cherchent à envahir de nouvelles têtes.
  • Le pou adulte vit donc de 9 à 10 jours. Il a une couleur qui peut aller du gris au noir, en passant par le brun et le rouge, mais a une facheuse tendance à adapter sa couleur en fonction de celle des cheveux, de façon à passer inaperçu...

Il ne survit que quelques heures en dehors de notre tête (ou de celle des voisins...) En effet, pour maintenir sa température corporelle, le pou reste près du cuir chevelu, dans les régions chaudes et humides de notre crâne. Il affectionne particulièrement les cheveux de la nuque, et aux alentours des oreilles. Le pou se nourrit plusieurs fois par jour... de notre sang (en très infime quantité, je vous rassure). Pour cela, il injecte dans le cuir chevelu un anesthésiant local tiré de sa salive. Lors de la piqûre, le sang est fluidifié grâce à un anti-coagulant, qui d'un, comme son nom l'indique, empêche le sang de coaguler et de deux, facilite ainsi sa nutrition. Tout bénéf'! 

Sauf que cet anti-coagulant provoque une réaction alergique, et les piqûres répétées amènent ainsi la fameuse démangeaison, qui aboutit au geste que nous redoutons bien... Nous gratter la tête avec véhémence! A noter que le pou ne transmet aucune maladie à son hôte. Pour la petite anecdote, les poux méritent bien leur réputation de teigneux: ils peuvent survivre 24 h sous l'eau...

Pour se débarasser des poux, plusieurs méthodes existent. Les méthodes chimiques sont les plus utilisées; elles consistent à utiliser un pesticide contre les poux, ou ovicide, Et c'est là qu'intervient ma question: pourquoi les poux sont-ils si résistants aux traitements? Maintenant que la vie du pou n'a plus de secret pour nous, nous pouvons y réfléchir. 

Il y a quelques années, l'efficacité des produits anti-poux n'était plus à prouver. Cependant, de nos jours, ces traitements semblent presque inefficaces contre ces nouveaux "superpoux". On fait automatiquement le lien avec les résistances des bactéries aux antibiotiques... La solution ne peut que être dans ces eaux-là! Je m'explique.

Les poux se multiplient très rapidement. Or, ces nombreuses naissances ont plus de chance de voir apparaitre une mutation spontanée dans le patrimoine génétique de ces nouveaux-poux. Mutation késako? C'est juste une légère modification de l'ADN (pour faire très simple), qui apparait de façon spontanée. On le sait, l'ADN détermine nos gènes, qui eux-mêmes déterminent nos caractères physiques, physiologiques... Or, une toute petite modification de rien du tout de l'ADN peut entrainer des variations de ces caractères, comme des maladies (ex: la mucoviscidose, où, si une mutation affecte l'ADN qui code pour un canal servant à fluidifier le mucus, ce canal se retrouve mal formé, entrainant toutes les suites de la maladie...) mais parfois -et heureusement- des avantages...

Ainsi, les poux développent une résistance face à la substance nocive des pesticides grâce à cette mutation spontanée. L'utilisation en masse des traitements chimiques provoquent une sélection naturelle: en effet, les poux "normaux", c'est-à-dire sans cette mutation qui leur procure une résistance au pesticide, succombent donc au traitement, alors que celui qui est immunisé survit et continue à proliférer: or, tous ses descendants porteront cette mutation... et seront donc résistants au traitement...

Le pou, ce parasite si familier de nos crinières... ça ne vous gratte pas un peu, là, à tout hasard?